MIREIO

Comme vous l’avez peut être constaté, chaque création JSL nait avec un prénom et une histoire.

Aujourd’hui, c’est l’histoire de Mirèio, que je vais vous raconter.

Mireille, du prénom provençal, Mirèio, est le prénom donné au poème de Frédéric Mistral, grande figure de la culture provençale.

Son livre Mireille/ Mirèio, a été publié en bilingue provençal/Français. Au début de son livre dans Avis, il explique la prononciation provençale pour aider à la lecture.

Il dédie également son poème à Lamartine à qui il écrivait:

« je te consacre Mireille : c’est mon cœur et mon âme; c’est la fleur de mes années; c’est un raisin de Crau qu’avec toutes ses feuilles t’offre un paysan. »

MISTRAL, Maillane (Bouches-du-Rhône), 8 Septembre 1850

MIREIO-Pochette-bag-Jamais-Sans-Lui-Blog-7

Pour la petite histoire, un vieux monsieur et son fils, Vincent, demandent l’hospitalité au Mas des Micocoules. Mireille, la fille du maître des lieux, vînt alors les accueillir. Après le repas, le vieux monsieur, Maître Ambroise, ancien marin, est invité à chanter un chant de combat.

Mireille alors curieuse, questionne Vincent sur les conditions au combat et sur ces chants. De là nait l’amour entre Mireille et Vincent.

Cette histoire, est un peu le Roméo et Juliette provençal.

[EXTRAIT DU POÈME]

Récit de Vincent:

« Je chante une jeune fille de Provence. Dans les amours de sa jeunesse, à travers la Crau, vers la mer, dans les blés, humble écolier du grand Homère, je veux la suivre. Comme c’était seulement une fille de la glèbe, en dehors de la Crau il s’en est peu parlé.

Bien que son front ne resplendit _ que de jeunesse; bien qu’elle n’eût _ ni diadème d’or ni manteau de Damas, _  je veux qu’en gloire elle soit élevée comme une reine, et caressée _ par notre langue méprisée, _ car nous ne chantons que pour vous, ô pâtres et habitants des mas.  »

En Provençal:

« Cante uno chanto de Prouvènço. Dins lis amour de sa jouvènço, A travès de la Crau, vers la mar, dins li bla, Umbre escoulan dou grand Oumèro, léu la vole segui. Coume èro Rèn qu’uno chanto de la terro, En foro de la Crau se n’es gaire parla.

Emai soun front noun lusiguèsse que de jouinesso; emai n’aguésse Ni diadèmo d’or ni mantèu de Damas, Vole qu’en glori fugue aussado Coume uno rèino, e caressado Pèr nosto lengo mespresado, Car cantan que pèr vautre, o pastre e gènt di mas ! »

 

Cet extrait est le début du livre Mireille de Frédéric Mistral. Un témoignage linguistique et culturel provençal.

Il représente aussi l’esprit de cette nouvelle collection (SS18) de Jamais Sans Lui, un voyage entre les langues et les cultures à travers le tissu et ses imprimés. Cette petite Mireille /Mireio, est un témoignage d’amour et d’histoire aux couleurs de la Provence.

MIREIO-Pochette-bag-Jamais-Sans-Lui-Blog-6

Petite parenthèse:

Des souvenirs de ma tendre enfance remontent à l’appel de ce Mas des Micocoules.

Le Micocoulier: Cet arbre qui nous nourrissait à la récré, à la recherche de ces petites graines qui se cachaient dans le noyau du fruit.

**************

Pour d’informations sur le livre:

Frédéric Mistral, Mireille/Mirèio

Pour plus d’informations sur Jamais Sans Lui:

Suivez-nous sur les réseaux ! 😉

Où acheter ?

Jamais Sans lui

Nous contacter:

contact@jamaissanslui.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s